FESC
FORUM EDUCATION SCIENCE CULTURE (saint gratien 95210)

Categories

Accueil > CoderDojo Saint Gratien > Nos Découvertes à partager > SESAME, le site des Brickodeurs

SESAME, le site des Brickodeurs

Site de partage des connaissances des Brickodeurs. Ce que les Brickodeurs apprennent et découvrent, ils le partagent sur https://brickodeurs.fr/

https://brickodeurs.fr/

Articles

5 décembre 2018
Club Brickodeurs

Tech for Good : la technologie au service de l’intérêt général

Tech for Good : la technologie au service de l’intérêt général

La Tech for Good, C’est Quoi ? 

Alors que souvent nous utilisons la technologie pour le divertissement, ou pour améliorer la performance économique, ici, il s’agit de trouver des solutions techniques originales (pour ne pas dire innovantes) à des problèmes humanitaires, sociaux ou impactant l’intérêt général. 

Le problème de la Tech for Good est son financement puisqu’il s’agit de s’attaquer à des problèmes dont le retour sur investissement n’est pas immédiat. De plus, ses détracteurs ajoutent aussi que les problèmes humanitaires, sociaux ou impactant l’intérêt général sont aussi des problèmes d’ordres politiques… 

Avec ce dernier point, vous comprenez que s’engager avec la Tech for Good, est un levier pour agir dans plusieurs domaines. Cela permet aussi aux industries technologiques de changer leur image. Cela leur permet d’attirer des talents, des personnes qui se posent les (bonnes) questions du Quoi et du Pourquoi avant celle du Comment faire, des personnes qui voient au-delà de leur horizon personnel.

En apprenant cela, nous nous sommes aperçu au sein du club que nous faisions depuis longtemps de la “Tech For Good” sans le savoir, grâce à la FIRST LEGO League. 

{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-20f43819e44b98c981c7e552e7021df6' }}
{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-f14f9ec8aba6513f0d83eff9a7b674dc' }}
{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-fa2bdb83ad8457f21617a88f8a1520dd' }}
{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-90d4554afa13a95fbd9dc72637a87861' }}
{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-435a85a8f545333936852e9df44d6218' }}

Tech for Good et la FIRST LEGO League

Chaque année, la compétition a un thème principal. Les thèmes sont très divers et porte sur des sujets comme les catastrophes naturelles (2013), les animaux (2016), le recyclage (2015), l’eau (2017) etc… Cette année, le thème est l’espace, ou plus précisément : “Into Orbit”.

FIRST est une Fondation pour l’Inspiration dans la Recherche, les Sciences et les Technologies. Elle vise à orienter les jeunes vers des carrières dans la recherche, les sciences et les technologies en proposant des défis de dimension mondial.

Le projet de recherche vise à sensibiliser les participants de la FIRST LEGO League sur des thèmes d’intérêt généraux. Il s’agit de trouver des solutions grâce aux technologies à des problèmes qui touchent tout le monde comme le recyclage (2015), la sécurité alimentaire (2011), le vieillissement (2012), la gestion du cycle de l’eau (2017). Les projets sont encadrés par des bénévoles ou parfois des enseignants. Mais ce sont les jeunes participants qui le réalisent.

Cette année, nous devons faire des recherches sur l’espace, rencontrer des scientifiques de ce domaine et apprendre un maximum de choses sur ce sujet. Le but de ce projet est également de se poser plusieurs questions, ces dernières influenceront nos recherches et nous devrons trouver des solutions. Il doit s’agir d’une solution innovante ou qui améliore une solution existante. Pour cela, nous devons utiliser notre imagination et être guidés par les professionnels que nous rencontrons. 

Tech for Good et Coolests Projects

 

L’approche est différente. Il n’y a pas de thèmes particuliers, mais l’approche est la même : trouver un problème à résoudre avec une solution technologique.

Chaque projet a un but ! Vous devez définir ce que fait votre projet et à qui il est destiné.

Qui utilisera votre projet ? Cela pourrait par exemple :

  • Une personne en particulier, comme un ami, un cousin, un professeur ou un grand-parent (ou même vous-même !).
  • Un groupe spécifique de personnes, comme les personnes de votre Dojo ou de votre école, de votre équipe sportive ou de votre groupe de danse. 
  • Un groupe ou une catégorie générale de personnes, comme tous les jeunes d’un certain âge, les personnes handicapées, les parents, les propriétaires d’animaux domestiques, etc.

 

Lorsque vous avez identifié le groupe que vous voulez aider, vous devez trouver le problème qu’ils rencontrent le plus souvent. Avec une démarche de “Design thinking“, vous allez élaborer votre Coolests Projects.

 

La Fondation CoderDojo & RaspberryPi a pour vocation de faire découvrir à tous l’électronique et la programmation, en rendant cela “cool”. 

 

Les objectifs et les moyens semblent différents entre la FLL et CoderDojo. Mais pour participer aux deux projets, nous pouvons vous dire que les buts sont les mêmes. 

Il s’agit de faire comprendre aux jeunes et à leurs parents que la technologie fait partie de notre vie. 

Nous devons proposer les moyens de la comprendre pour que nous puissions participer à ce monde qui se construit avec ces technologies pervasives. 

{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-fcdb969d51c37c3de6c1f170f06dbcb5' }}
{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-1fa8e366a01036fd7450f546ba9cf3c3' }}

Le CoderDojo des Brickodeurs permet aux jeunes de découvrir d’autres usages de la technologie grâce à des projets orientés “Tech For Good”.

Comment trouver des idées pour la Tech for Good ? 

Heureusement nous avons trouvé pour vous un outil qui se nomme RUBIX :

Rubix vous fournit la méthodologie pour imaginer les fondations de votre futur startup. 

  1. Définir le problème, 
  2. choisir la technologie, 
  3. imaginer le business model, 
  4. trouver la bonne façon de communiquer et 
  5. le mode de financement. 

Tout est dans la boite à outil RUBIX

{{ brizy_dc_image_alt uid='wp-e019bfb1ea01aa35773327f9d16c82c6' }}

A vous de jouer maintenant !

1
0

5 octobre 2018
chrisagon

Apprendre autrement et comprendre les métiers d’avenir

Mon ambition première lorsque j’ai créé mon premier club de robotique était de pouvoir m’amuser en tant qu’adulte à pouvoir construire des robots avec les LEGO Mindstorms. J’ai ensuite découvert la FIRST LEGO League. Les challenges proposés par la FLL m’ont emballé. Je n’étais pas seul. Je n’étais pas seul à vouloir construire des robots avec des jeunes. Je n’étais pas seul à vouloir donner du sens à la construction de robot en proposant des défis. Des défis pour nous préparer au monde de demain.

Je n’étais pas seul, mais je faisais parti des premiers et tout était à construire et à (re)inventer : structure, propositions, pédagogie, méthodes, curriculum…

J’avais autrefois un blog nommé rcx-storm.org dans lequel je partageais mes recherches et mes expérimentations pédagogiques. Sans grand succès.

Au départ, construire des robots étaient le but que je voulais atteindre. Au fil de mes rencontres avec les jeunes qui viennent au club, je me suis aperçu que pour construire des robots, il fallait se poser des questions pour résoudre les problèmes qui se présentait lors de la construction du robot pour contourner les obstacles. Est venu ensuite la question de la créativité pour trouver des solutions qu’on ne trouve pas sur internet ! Au fil de ces expériences, ce qui était important de transmettre aux jeunes, c’était de savoir se poser les bonnes questions et d’être créatif pour construire de vrais robots. Nous découvrions qu’il n’y avait pas de bonnes ou de mauvaises réponses à des problèmes que personne n’avait déjà rencontré.

Construire des robots pour nous préparer aux métiers de demain ?

En programmation, nous avons beau connaitre les bases techniques, il y a aussi une part de créativité dans ce que nous réalisons. Cette créativité est soumise à des contraintes de l’environnement. Nous avons besoins de construire et tester pour confronter au réel notre réalisation et nous rendre compte si cela résoud le problème auquel nous sommes confronté… Hey ! c’est là où nous pressentons que cela fait un excellent support pédagogique pour préparer aux métiers de demain. Je ne suis pas un chercheur en pédagogie, ni un enseignant et je ne peux pas révolutionner le système éducatif à moi tout seul. Mais je reste persuadé qu’il y a un énorme potentiel pour s’amuser et apprendre ensemble à résoudre des problèmes en programmant des robots.

Donc comment faire (simple) ?

J’ai simplifié mon approche et mon ambition. L’activité du club des Brickodeurs est une activité extra-scolaire. Ce qui veut dire que le club propose des activités que ne propose pas l’école. Ce qui nous autorise tout en matière de programme et de pédagogie.

Eureka, j’ai trouvé trois verbes et un principe directeur :

Trois verbes : Explorer, Combiner, Transformer.

un principe directeur : partir du Pourquoi pour aller vers le Comment.

Mettre en pratique avec le Projet de Recherche de la FIRST LEGO League

Pour le projet de recherche, nous devons trouver une problématique par rapport au thème de l’année, en 2018-2019, le thème est le voyage dans l’espace “#INTOORBIT” pour célébrer les 50 ans de la conquête de la Lune. La vidéo ci-dessous vous explique ce que doit être un projet de recherche.

 

Explorer avec des Pourquoi

Notre première étape sera EXPLORER tout ce que recouvre le thème, en particulier comment occuper les spationautes durant leur voyage dans l’espace. A quoi peuvent-ils penser ? Que ferais-je à leur place pour occuper mes journées de voyage vers la Lune, Mars, les astéroïdes ? Pour faire quoi, en fait ? Mission scientifique, coloniser pour exploiter les ressources minières ?

Combiner Quoi avec Quoi

Notre deuxième étape sera de COMBINER nos trouvailles avec des Quoi avec Quoi. Par exemple, pour l’exploitation minière, il faut combiner des robots avec des astéroïdes, pour occuper le spationaute, un assistant personnel avec une liste de choses à faire : combiner un chatbot avec des jeux intellectuels, physiques, avec l’ordinateur de bord. De fil en aiguille continuer à enrichir le flot d’idées généré par ces combinaisons.

Transformer avec des Comments

Notre troisième étape sera de TRANSFORMER la combinaison final en projet (trouver les ressources, séquencer les étapes) et en réalisation. Pour cela nous allons rechercher COMMENT faire. Nous n’allons pas nous limiter aux outils que nous connaissons

 

Préparation aux métiers d’avenir

Pour ceux, qui comme moi, n’arrive pas à expliquer leur métier à leurs enfants, c’est normal. Nous n’arrivons pas à expliquer que notre métier, c’est résoudre les problèmes des autres (clients, collègues, patrons…) grâce à notre savoir-faire et notre “expertise”. De l’artisan au consultant. Même la caissière d’un pool de caisses automatiques est là pour nous aider lorsque nous avons un problème avec un produit que nous n’arrivons pas à scanner.

La valeur ajouté des métiers d’avenir, c’est comprendre les problèmes, et trouver les moyens de les résoudre. L’intelligence Artificielle sera un outil supplémentaire pour trouver ds solutions possible pour résoudre les problèmes (Ceci fera l’objet d’un prochain article).

Les Brickodeurs sont un formidable moyen pour aider à comprendre ce que sera leur métier demain.

Pour Quoi ?

Passer la première étape de la découverte de la programmation, cela permet de faire découvrir à ses enfants (et à leurs copains) un métier complexe où la programmation n’est qu’un des aspects. C’est un métier protéiforme, où il faut (se) poser des questions, proposer et expliquer ses idées et ses solutions aux autres…

C’est aussi une occasion d’apprendre à faire émerger des idées nouvelles, donc à innover.

Il est ainsi possible de faire le parallèle entre la façon dont les enfants vont découvrir la programmation (le schéma d’apprentissage autodidacte), et la façon dont nous intervenons auprès de nos clients :

  • Situation initiale : je me trouve face à un problème dont je ne connais pas la réponse.
  • Recherche de solution : j’explore différente façon de résoudre le problème rencontré.
  • Identification d’une solution : après plusieurs combinaisons, je trouve une manière de répondre à mon problème.
  • Acquisition d’une connaissance : je sais à présent comment faire.
  • Partage : je suis capable de montrer à mes interlocuteurs ce que j’ai appris.
  • Abstraction : quand cela est possible, transposition d’une situation particulière à d’autres contextes.

Aristophane :
« éduquer, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu ! »

Ce qui veut dire qu’il s’agit plus de donner le goût de la programmation et de la création que d’apprendre à programmer.

Je vous invite à visionner la conférence TED de Mitch Resnick pour comprendre la philosophie des créateurs de Scratch : apprendre à programmer pour apprendre à comprendre.

CQFD

0
0